USA : mort de la dernière pensionnée de la guerre de Sécession

Catégorie : Histoire, Etats-Unis  |  le 10 Juin 2020 par Guillaume de Morant

C'est une incroyable histoire que nous raconte Le Monde et les journaux américains : Irene Triplett qui vient de mourir à 90 ans faisait en quelque sorte le pont entre l'Amérique d'aujourd'hui et celle d'il y a... 157 ans. En effet, elle était la dernière pensionnée de la guerre de Sécession, au titre de son père Moses Triplett qui avait fait défection du camp des Sudistes lors de la bataille de Guettysburg en 1863 !

Mais pourquoi donc Irene Triplett, née le 9 janvier 1930 en Caroline du Nord recevait-elle une pension due à une bataille qui s'est déroulée 67 ans avant sa naissance ? Parce que son père, Moses Triplett, né en 1846, était considéré comme un héros méritant la reconnaissance de la Nation. Combattant dans les rangs de l'armée confédérée, donc des partisans de l'esclavage, sans grande conviction semble t-il, il avait déserté peu avant le tournant de la guerre pour rejoindre quelques mois plus tard à Knoxville, dans le Tennessee, l'armée de l’Union d'Abraham Lincoln, donc les abolitionnistes.

A part son fait d'armes, on ne sait pas grand chose de Moses Triplett, si ce n'est qu'en 1885, il demande une pension, accordée l’année suivante. De son second mariage avec Lydia Hall, une jeune femme souffrant de problème mentaux âgée de 28 ans quand lui même en affiche 78, il aura cinq enfants, dont Irene qui souffre elle même de handicap. Moses meurt en 1938 à 92 ans, sa veuve et sa fille sont accueillis dans des foyers.

A la mort de sa mère en 1967, Irene devient bénéficiaire de la pension de son père en raison de son handicap. Elle meurt le 31 mai 2020, étrange clap de fin de cette existence qui fait entrer en résonance l'actualité américaine, la mort de George Floyd et les manifestations pour plus de Justice et d'équité aux Etat-Unis, avec la fin de la guerre de Sécession, où les partisans de l'abolition de l'esclavage ont fini par l'emporter au prix d'une guerre civile qui a fait 620.000 victimes.

Liens

Illustration : Moses Triplett et sa fille Irene enfant. Crédit John Losee.

8 commentaires

Balthazar le 13 Juin 2020 à 14h47

"De son second mariage avec Lydia Hall, une jeune femme souffrant de problème mentaux âgée de 28 ans quand lui même en affiche 78, il aura cinq enfants"

Il n'y a que moi qui suis surpris de voir un octogénaire avoir 5 enfants à cette époque où le viagra n'existait pas encore ?

A mon avis, ça mériterait une bonne enquête histoire d'éclaircir l'authenticité des actes.

Bréval le 12 Juin 2020 à 08h03

@Jean francois belanger

Sauf que l'article ne donne aucune indication sur la date de naissance de la mère d'Irène, il précise juste qu'elle est décédée en 1967, sans même préciser son âge, mais après une recherche sur généanet, la mère d'Irène est née en 1896, elle n'aura donc que 70 ans à son décès.

Plan du site La Revue française de Généalogie