Infos

Gustave Métrot, ni retrouvé, ni identifié

Mon arrière-arrière-grand-père, Gustave André Métrot naît dans un petit village du Limousin à Clugnat (Creuse) le 4 janvier 1885, où il passe son enfance dans un milieu rural d'agriculteurs. Il est baptisé le 6 janvier 1885 dans l’église Saint-Martial du village. Après ses deux ans de service militaire, effectués de 1906 à 1908 dans le 78e Régiment d'Infanterie avec certificat de bonne conduite, il devient maçon, chef de chantier, et parcourt alors différentes régions de France dans le cadre de son travail. À Choloy (actuellement Choloy-Ménillot en Meurthe-et-Moselle), près de Toul en Lorraine, il épouse le 22 août 1911 Marie Élise Nathalie Barbey, originaire de Ferrières-Sainte-Hilaire dans l'Eure, et avec laquelle il aura trois enfants. De retour en Normandie, la famille s'installe à Bernay.

Gustave Métrot est mobilisé le 1er août 1914 à Bernay (Eure). Il est incorporé dans le 224e Régiment d’Infanterie et part en campagne dès le 13 août 1914 pour plusieurs mois d’une guerre terrible et usante. Le 12 mai 1915, lors de la Bataille d'Artois, pendant de très durs combats contre les Allemands dans le Pas-de-Calais, il est tué à Neuville-Saint-Vaast. Son corps n’est pas retrouvé ou identifié. Il laisse alors une veuve et leurs trois enfants : André, Mercédès (mon arrière-grand-mère que j’ai bien connue et qui est décédée en 2002) et Marceau, qui meurt quelques semaines après son père, le 30 juin 1915 à Beaumont-le-Roger, à l'âge de quinze mois. Mon arrière-arrière-grand-mère connaît alors le sort de centaines de milliers de femmes de cette époque, mêlant la douleur de la perte de ses proches à la dureté du travail à l'usine.

Gustave Métrot reçoit à titre posthume la Croix de guerre avec étoile d’argent et la Médaille militaire (Journal Officiel du 28 août 1923), avec la mention suivante : "Courageux soldat plein de zèle, tombé glorieusement au champ d'honneur le 12 mai 1915 à Neuville-Saint-Vaast en se portant à l'attaque avec sa vaillance coutumière." L'inscription de Gustave André Métrot au monument aux morts n'avait jusqu'alors pas été faite. Cet oubli a été réparé grâce à mon intervention auprès du maire de Bernay, Hervé Maurey, que je remercie beaucoup pour son action. J’ai ainsi pu rendre un hommage appuyé à mon aïeul lors de la cérémonie au monument aux morts de la ville de Bernay le 11 novembre 2011, dans cette belle ville de Normandie d’où ma famille maternelle est originaire. Le nom de Gustave André Métrot figure également sur l’Anneau de la mémoire, inauguré le 11 novembre 2014 par le Président de la république près d’Arras dans la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette, le plus grand cimetière militaire français de la Première guerre mondiale.

 

Mots-clés
Hommage 14-18

Commentaires

Cela peut vous intéresser

09.02.2019
Actualité (Infos & Vidéos)