Infos

Jacques Thyebaut, soldat cycliste

Par Anonyme

Mon grand-père, dirige, près de Langres, une petite fabrique de papiers très spécialisés. Marié à 27 ans, il en a 34 en août 1914. Avec son épouse, ils ont trois enfants et en attendent un quatrième…Catholique pratiquant et fervent patriote, comme beaucoup, à l’époque, il décide, dès l’ordre de mobilisation du 2 août 1914, de s’engager, selon ses écrits « pour défendre la France, » alors que rien ne l’y obligeait…Sa famille, au sens large, fait une forte pression sur lui, pour l’en dissuader. Il passe outre. Notre grand-mère qui le connaissait bien, le comprend et respecte son choix. Il fera partie du 109e RI qui est intégré dans le 309e RI positionné dans les Vosges. Soldat cycliste, il est agent de liaison entre les différentes parties de son Régiment. Le 24 août, les Bavarois, après avoir occupé l’Alsace, font mine de se retirer et lors d’une contre-attaque-surprise, envahissent, à nouveau, l’Alsace et poursuivent les armées françaises, prises au dépourvu, qui reculent vers les Vosges. Après un violent accrochage, près de Ban de Laveline, mon grand-père meurt, sur le coup, d’un éclat d’obus dans la nuque.

Notre grand-mère, après sa mort, comme tant d’autres veuves, saura faire face avec le plus grand courage, en élevant ses quatre enfants dont notre mère, décédée, il y a une douzaine d’années. Dans les années 1995/1997, après des recherches difficiles, un de mes frères et moi-même, avons réussi à identifier très précisément, l’endroit de sa mort, grâce au rapport effectué par un officier de son régiment et retrouvé dans les archives ! De nombreux descendants ont donc pu se réunir le 23 août 2014, en commémorant le centenaire de sa mort, dans la forêt au-dessus de Ban de Laveline.

Commentaires