Infos

Appel aux dons pour le registre du château d'Amboise

Voulez-vous aider les Archives de France à acquérir un exceptionnel registre des comptes du château d'Amboise ? Le Service interministériel des Archives de France et la Société des Amis des Archives de France ont lancé vendredi 15 janvier 2016 une vaste campagne d’appel aux dons afin d’acquérir et de restaurer ce témoin sans équivalent de la construction du château royal. Il faut réunir au moins 100.000 euros avant mai 2016 pour acheter de gré à gré ce manuscrit puis le restaurer.

Le vendeur n'est autre que la Famille de France, c'est à dire les enfants et petits enfants de feu le comte de Paris, décédé en 1999 et dont l'héritage n'en finit plus de faire les choux gras de la presse spécialisé (la dernière vente aux enchères publiques a été organisée en septembre 2015 à Paris). Mais parlons un peu de ce registre. C'est l’unique témoin de l’un des plus grands chantiers de construction de la Renaissance. Il a en effet été tenu pendant l’édification du château d'Amboise entre 1495 et 1496 sur près de 300 feuillets de parchemin conservé dans une reliure en basane sur ais de bois.

A la demande de Charles VIII par Alexandre Blandin, « commis au paiement des ediffices », le registre décrit les recettes et dépenses liées aux travaux et réparties par corps de métiers : charpentiers, sculpteurs, « imaigiers »…, soit près de 700 artisans pour les années 1495-1496, deux ans avant la disparition du jeune roi, mort après avoir heurté un linteau de porte de son palais en construction. Le Registre des comptes du Château d’Amboise devrait rejoindre à l’automne 2016 les Archives nationales, qui en assureront la conservation, la restauration et la valorisation. Il sera ainsi réuni à un compte d’ameublement du château d’Amboise datant des années 1493-1496, afin de reconstituer l’agencement et la décoration du Château Royal d’Amboise à son âge d’or.

En juin 2015, il a été classé Trésor national par Fleur Pellerin, la ministre de la Culture. En conséquence, il est interdit de sortie du territoire français, ce qui lui ferme le lucratif marché des investisseurs internationaux. Son acquisition par l’État représente un enrichissement patrimonial sans précédent "qui ne saurait se réaliser sans la générosité des entreprises comme des particuliers", précise la Fondation du patrimoine sous l'égide de laquelle va se réaliser la transaction.

Pour découvrir le projet et faire un don :

Commentaires