Infos

Archives 1939-45 de la SNCF : rien pour l’histoire des familles

Affichant une volonté de transparence sur son rôle pendant la Seconde Guerre mondiale, la SNCF a ouvert en 1996, au Mans, un centre d’archives à l’intention des historiens et du grand public. La compagnie a depuis numérisé l’ensemble de ses archives de la période 1939-1945 et vient d’annoncer le dépôt d’une copie de ces 1,2 million de pages de documents au Mémorial de la Shoah à Paris, au centre Yad Vashem à Jérusalem et à l’Holocaust Museum à Washington.

"Aucun tri n’a été effectué, pour garantir un accès à la totalité des documents de la période", souligne la SNCF. Mais ces papiers, utiles pour comprendre l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise pendant la guerre, ne comportent pas d’archives nominatives ou de listes de déportés. "Sur les convois de déportés, on n’a rien ou presque, c’étaient plutôt les Allemands qui avaient ces archives-là", explique-t-on au siège de la société.

A partir, principalement, des listes établies par les Allemands au départ des convois à Drancy, le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) a œuvré à la constitution d’une liste des Juifs victimes de la Shoah en France. Une base de données peut être consultée sur le site du Mémorial de la Shoah, qui organise par ailleurs des ateliers à l'intention des généalogistes.

Commentaires