Infos

Connaissez vous la base Dénat, des "dénaturalisés" sous Vichy ?

Une journée d'étude en 2018 et maintenant un instrument de recherche et une base de données... Le scandale des dénaturalisations par le gouvernement de Vichy est étudié sous un jour nouveau, notamment numérique, permettant le partage de nombreuses informations. Les dénaturalisés, ce sont plus de 15.000 personnes, hommes, femmes et enfants, naturalisés après 1927 et privées en 1940 de leur nationalité française par le régime de Vichy.

Le 2 octobre 2018, une journée d'étude avait été organisée par les Archives nationales, suite à l'achèvement de l’enrichissement de la base Dénat, qui centralise les 15.129 fiches des personnes concernées. Un an après, les Archives nationales publient simultanément les actes de cette journée, les vidéos captées lors des communications et les instruments de recherches issus de la base Dénat. Ces ressources permettent d’explorer au mieux cette base et de mieux appréhender cette dimension singulière de la gestion de la population par le régime de Vichy.

Issu de la base de données Dénat, l'instrument de recherche est un outil exhaustif. Il donne, pour chaque individu concerné, son état civil et les détails de l'instruction de son dossier. Les informations contenues dans ce fichier conservé par les Archives nationales ont été complétées par un dépouillement exhaustif des décrets de retraits de nationalité publiés au Journal officiel. Un échange de données réalisé avec le Mémorial de la Shoah a enfin permis d'intégrer un lien hypertexte vers la notice de chacune des victimes de la Shoah en France repérée parmi les dénaturalisés de Vichy.

Ainsi, cet outil documente de manière très précise les groupes exclus de la communauté nationale, avec les dossiers de demande de naturalisation correspondants, très riches en informations sur la situation familiale, les enquêtes sur l’attitude politique et le patriotisme, parfois photographies et documents autographes.

La journée d'étude a permis entre autres d'en savoir plus sur le système de dénaturalisation adopté par l'Etat Français. Les fonctionnaires du Sceau avaient pour mission entre 1940 et 1944 de rechercher, préparer et présenter aux magistrats rapporteurs les dossiers de naturalisation devant être soumis aux commissions de révision et de déchéance, rattachées au Secrétariat général du gouvernement de Vichy.

L’ordonnance du 24 mai 1944 annula tous les décrets de retrait pris en application de la loi du 22 juillet 1940. Les dénaturalisés sont juridiquement considérés par les autorités françaises comme n’ayant jamais cessé d’être français, ayant cependant été privés de la jouissance de l'état de Français.

Liens

Commentaires