Infos

Les Archives départementales de Guadeloupe font peau neuve

Depuis ce lundi 16 mars 2015, les Archives départementales de Guadeloupe accueillent le public dans un tout nouveau bâtiment, beaucoup plus vaste et lumineux.

Confiés aux architectes Émile Romney et Marc Jallet du Cabinet Pile & Face, les travaux d’extension des lieux ont débuté en juin 2010 pour se terminer ce mois-ci. Réalisés en deux tranches, ils permettront d’offrir de nouveaux espaces pour l’accueil du public et la conservation des documents.

Quels sont les changements occasionnés pour les lecteurs ? Anne Lebel, la directrice des Archives départementales, a accepté de répondre à nos questions.

En quoi consistent les travaux d’extension qui viennent de s’achever ?

Nous étions jusqu’alors dans une ancienne habitation de Jésuites, au lieu-dit Bisdary à Gourbeyre, mais au fil du temps, les magasins de conservation étaient arrivés à saturation.

Le nouveau bâtiment où nous accueillerons le public se situe sur le même site. Il faut imaginer deux ailes entièrement vitrées qui enveloppent en quelque sorte l’ancien bâtiment qui n’est, de ce fait, quasiment plus visible de l’extérieur.

La surface a presque doublé. Nous sommes passés de 2.500 m2 à 4.000 m2 ! L’ancien bâtiment sera, lui, complètement restructuré pour permettre la construction de six nouveaux magasins de conservation. Nous passerons ainsi de 6 à 13 km2 linéaires de rayonnage pour le stockage des documents dans un an et demi.

A quoi ressemblera la nouvelle salle de lecture ?

Notre salle de lecture fait désormais 200 m2. Elle a quasiment doublé. La borne d’accueil est très importante. Ce sera une salle toute en longueur avec un mobilier tout neuf.

L’ancienne salle de lecture avait 17 places qui se décomposaient en 10 places pour lire des originaux, 5 places pour la consultation de microfilms et 2 places avec ordinateurs pour la consultation des bases de données sur intranet.

Dans la nouvelle salle, nous avons 28 places pour lire les originaux, 6 postes avec des lecteurs de microfilms dernier cri dotés d’écrans d’ordinateur de 24 pouces. Le confort de lecture sera donc nettement amélioré, dans un espace entièrement vitré.

On passera aussi de 2 ordinateurs à 6 dédiés à la consultation de nos bases de données. Toutes les tables seront désormais connectées avec des prises à chaque place. Ce qui n’est pas un petit changement quand on sait que nous n’avions avant pas une seule prise électrique dédiée au public précédemment.

L’ancienne salle datait d’une trentaine d’années sans avoir évolué. On est ainsi passé d’un coup un peu de l’Ancien Régime au XXIe siècle ! A terme on pense remplacer tous nos espaces de consultation en places de consultation numérique.

Y aura-t-il également de nouveaux espaces ?

Nous aurons toujours un espace d’exposition et une salle polyvalente de 200 m2, qui pourra servir à l’accueil du public scolaire comme à l’organisation de conférences.

Par rapport à notre ancienne salle, la nouveauté réside dans le fait que l’espace sera plus modulable car nous avons prévu des panneaux mobiles pour pouvoir si besoin scinder la salle en deux.

Nous avons aussi désormais une salle pour tous les travaux collectifs, qui peut accueillir jusqu’à 8 personnes.

Nous avons enfin créé un poste pour assurer la valorisation culturelle de notre centre d’archives.

Allez-vous enfin créer un nouveau portail web ?

Oui. Nous sommes justement en train de le créer. C’était devenu une urgence tant nous avions pris de retard.

Il sera accessible dans notre salle de lecture comme de partout ailleurs dans le monde gratuitement.

Nous le complèterons au fil du temps, mais nous devrions pouvoir proposer dès septembre 2015 les registres paroissiaux et les registres militaires qui ont déjà été numérisées. On commence la numérisation des tables décennales et de tout l’état civil pour pouvoir le proposer aussi dès septembre. Nous avons prévu une indexation automatique. Nous devrions également pouvoir proposer rapidement les cartes et plans, ainsi que les documents iconographiques, des livres anciens car nous avons la chance d’avoir la plus belle bibliothèque patrimoniale de la Guadeloupe.

Le conseil privé arrivera après, ainsi que la transcription des hypothèques qu’on devrait garder en consultation interne en salle de lecture.

Clairement, les archives de Guadeloupe sont en train de faire leur grande révolution numérique !

<div id="fb-root"></div><script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script><div class="fb-post" data-href="https://www.facebook.com/media/set/?set=a.731083213646049.1073741828.187..." data-width="630"><div class="fb-xfbml-parse-ignore"><a href="https://www.facebook.com/media/set/?set=a.731083213646049.1073741828.187...">Publication</a> by <a href="https://www.facebook.com/pages/PILE-ET-FACE-ARCHITECTES/187658111321898">PILE ET FACE ARCHITECTES</a>.</div></div>

Commentaires