Infos

Seuls les premiers registres matricules de l'Outre-Mer sont en ligne

Pour retrouver vos ancêtres Poilus de l'Outre-Mer, il va falloir patienter encore quelques semaines, nous annoncent les Archives nationales de l'Outre-Mer. En effet, l'annonce faite cette semaine par les ANOM était un peu prématurée. Seuls les registres de l'Algérie et de la Polynésie française ont commencé à être publiés en ligne jusqu’à la classe 1921, représentant environ 200.000 fiches matricules. La fin des opérations pour ces deux territoires devrait avoir lieu dans les semaines à venir ; les reprises et corrections d’erreurs auront lieu simultanément.

Les autres territoires dont les registres sont conservés aux ANOM seront prochainement consultables en ligne selon les mêmes critères : Madagascar, les Comores, la Côte française des Somalis (1889­1918), la Réunion (1889-­1918), la Guyane (1890­-1914), l'Afrique occidentale française (1893-­1917), la Polynésie (1894­-1919), Saint­-Pierre ­et ­Miquelon (1901­-1921); la Nouvelle­-Calédonie (1907­-1918). Quelques documents consultables en ligne se rapportent à la Cochinchine et aux établissements français de l'Inde (1897-­1909). A terme, quand tous les territoires dont les registres sont conservés aux Archives nationales d’outre­-mer seront en ligne, l’ensemble portera sur environ 300.000 individus.

Tous les registres sont indexés. Vous pourrez donc accéder au contenu en remplissant une ou plusieurs rubriques de recherche : nom, prénom, territoire, bureau, classe (année précise ou fourchette de dates). La possibilité existera également de trier les résultats selon le critère choisi. Il est important de préciser que les registres conservés aux Archives nationales d'outre-­mer concernent uniquement les personnes disposant du statut de citoyen français au moment de leur recrutement ou celles ayant obtenu ultérieurement la citoyenneté française : les registres concernant les recrues ne disposant pas du statut de citoyen français sont conservés par le Service historique du ministère de laDéfense.

Commentaires