Infos

2 millions de personnes ont déjà passé un test ADN généalogique

Le chiffre est impressionnant : plus de deux millions de génotypes ont déjà été étudiés dans le cadre de tests ADN à visée généalogique. Et ces tests ont permis la révélation de 7,4 millions de cousinages proches, tandis que 7,7 millions de nouveaux ancêtres ont été découverts par le biais de comparaisons d'arbres généalogiques pour la création de 5,1 millions de connexions familiales.

Ces chiffes sont bien sûr à prendre avec distance, mais ils sont quand même révélateurs de l'engouement pour la généalogie génétique en dehors de la France. C'est la société Ancestry-DNA qui communique sur ce succès obtenu principalement aux Etats-Unis et dans une moindre mesure en Grande-Bretagne, pays où ces tests sont autorisés. Ancestry en profite pour placer sa publicité et s'afficher comme "la première et la seule compagnie de généalogie génétique à atteindre autant de consommateurs", sans doute en référence à son éternelle rivale la société 23andme.

Ces chiffres sont aussi l'occasion de rappeler l'intérêt de ce type de test pour la recherche généalogique non conventionnelle. Il faut bien sûr mettre de côté et regarder avec beaucoup de distance et d'amusement "le voyage de vos ancêtres", une sorte de cartographie des migrations de vos famille établie par l'analyse de vos gènes et votre appartenance aux différents groupes humains très anciens.

Mais heureusement, l'ADN généalogique, ce n'est pas que cela. C'est aussi la possibilité de comparer son profil génétique avec celui d'autres personnes et de s'amuser à faire des rapprochements, de confirmer des cousinages proches ou éloignés. A ce titre, il est évident qu'une base de données de deux millions de personnes, cela commence à compter...

Autre rappel, la légalité des tests ADN en France est sujette à débat. Si aucun laboratoire ou entreprise n'a le droit de commercialiser ce type de test sur le sol français, rien n'interdit à un Français de prélever un peu de sa salive, de renvoyer un kit aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne et d'aller consulter le résultat sur un site Web et une base de données américaine. Il faudra bien qu'un jour la législation soit assouplie pour autoriser la commercialisation de ces tests en France.

Liens

Commentaires