Infos

Aux origines de Payet, Giroud et Griezmann

PAYET : A peine avait-il marqué son but presque historique au Stade de France, lors du match d’ouverture de l’Euro 2016 contre l’équipe roumaine, que le blog "Le Jour d'avant" évoquait déjà sa généalogie, expliquant que né en 1987 à Saint-Pierre de la Réunion, Dimitri Payet "fait partie de la très très grande famille PAYET de l’île" où le patronyme est l’un des plus portés de l’île, avec GRONDIN et HOARAU, au point que "même ceux qui ne s’appellent pas PAYET ont des ancêtres PAYET.

Et le bloggeur de préciser que tous les PAYET réunionnais ont pour ancêtre commun "Antoine PAYET dit La Roche, un ancien soldat arrivé sur l’île alors Bourbon vers 1674, où il est considéré comme l’un des plus anciens colons", avant d’étudier les origines de cet aïeul, que l’on dit originaire de Saint-Prim en Isère, mais que depuis quelques années d’autres donnent originaire de Saint-Priest-la-Roche dans la Loire. "Beaucoup de généalogistes amateurs se sont cassés les dents" ajoute-t-il, alors qu’il s’agissait en réalité de Saint-Priest en Dauphiné, où était bien né un Antoine… FAYET, dont il a retrouvé l’acte de baptême (le dernier de May 1637 (…) a esté baptisé Anthoine, filz de Barthellemy Fayet et Magdelayne Capitant, sa femme). Qui l’eut imaginé, le footballeur réunionnais a donc ses racines en Isère, tout comme son compère Olivier GIROUD, même si leurs deux berceaux sont situés à chaque extrémité du département.

GIROUD : patronyme courant, équivalent de Giraud et issu comme lui de l’ancien nom de baptême franc Giralt/Gerwald, porté sous cette seule orthographe par plus de 2.000 foyers, majoritairement concentrés dans l’Isère.

Né en 1986 à Chambéry, Olivier GIROUD a deux grands-pères français (GIROUD et ARNAUD-GODDET) et deux grands-mères italiennes (AVOGRADO et GAIATTO), avec des ancêtres dans l’Isère (GIROUD) et en Savoie (ARNAUD-GODDET, originaires de Villard-Léger).

Les GIROUD eux-mêmes ont leur berceau à Saint-Vincent-de-Mercuze, au nord-est de l’Isère, où l’ont peut remonter la lignée du footballeur jusqu’à Félix GIROUD, né vers 1670, époux de Virginie BURNOUD. Un modeste tisserand, dont le fils (Antoine) sera drapier et dont les descendants resteront nombreux à Saint-Vincent – et à Montalieu – jusqu’à ce que Remy GIROUD (né à Saint-Vincent en 1844), fils d’un petit propriétaire terrien, apprenne le métier de mécanicien. Il ira s’établir un peu plus au nord, à Pontcharra, où il fabriquera du matériel agricole et où son fils (Louis) et ses petits-fils (Henri et Roger) auront une fonderie. Des racines essentiellement alpines – et iséroises dans la branche GIROUD (avec des PONCET-MONTANGE, COUP, VERNET, PERROTIN…). Une généalogie que l’on ne trouve nulle part, et que j’ai débroussaillée au coupe-coupe, avec la complicité du père de l’as du ballon rond, qui m’a mis sur les rails.

GRIEZMANN : passons à la généalogie d’Antoine GRIEZMANN, né en 1991 à Mâcon, où la famille est arrivée dans le courant du XXe siècle. Une famille de gens du voyage, qui s’était sédentarisée dans l’Ain. Né en 1865 à Meung-sur-Loire, dans le Loiret, Victor Ernest Grieszmann et sa femme Marie Stéphabnie ZEPH, native du Pas-de-Calais étaient des vanniers ambulants, ayant tous deux des racines en Allemagne, le père du mari, prénommé Emmerich et lui aussi fabricant de corbeilles, mort à Carnac, dans le Morbihan, était né en 1817 en Allemagne, à Munster, où son père était charpentier. Une famille difficile à suivre…

Lire aussi :

Commentaires