Infos

Emouvantes retrouvailles post-mortem grâce à la presse ancienne en ligne

Utile en généalogie la presse ancienne en ligne ? S'il fallait un exemple pour en être convaincu, lisez l'histoire racontée sur le blog de Geneanet par Régine ! Cette généalogiste explique comment elle a utilisé la presse ancienne en ligne et la bibliothèque de Geneanet pour résoudre un mystère familial qui persistait depuis la Seconde guerre mondiale !

Son cousin Louis a cherché son père Marcel toute sa vie, car après le divorce de ses parents quand il avait trois ans, il n'a plus jamais entendu parler de lui. Sa mère a en effet tout fait pour l’éloigner de son père et il n’a jamais vu une photo de lui. Comme Marcel Confrère était né le 13 septembre 1899 (à Compiègne dans l'Oise, vue 107/152), il se doutait bien qu'il était décédé, mais où et dans quelles conditions ?

Les recherches "normales" n'avaient rien donné. L'état civil de Compiègne indiquait bien ses deux mariages en mentions marginales, mais rien sur son décès. Et toutes les autres démarches entreprises étaient restées vaines. C'est pour cela que Régine décidait il y a 7 ans d'aider son cousin Louis à retrouver la trace de son père en utilisant notamment la Bibliothèque de Geneanet. Sa recherche à partir des quelques pistes connues ne donnait pas plus de résultats jusqu'au jour où Geneanet fit une mise à jour de ses liens vers la presse ancienne numérisée.

Dans la rubrique Bibliothèque, le portail donne accès à un nombre de plus en plus important de journaux anciens numérisés et indexés. Dès lors, il suffit d'effectuer une recherche par patronyme (ou bien d'être prévenu par une alerte) pour voir s'afficher de nouveaux résultats. Il y a quelques jours, l'ordinateur de Régine a fait tilt sur une information trouvée par Geneanet dans un journal de Normandie, l’Ouest-Eclair, qui publiait les avis nécrologiques de la semaine du 13 mai 1940. A la rubrique Décès de l’Etat civil, on lit : “Marcel Confrère, 40 ans, plombier, décédé à Alençon”.

Un homonyme ? Peut-être, mais tout correspondait. Marcel Confrère était domicilié à Aubervilliers, né à Compiègne, et décédé à l’hôpital d’Alençon, ce qu'à confirmé l'état civil. En contactant les archives de l’Orne, Régine a pu apprendre le fin mot de l'histoire et informer son cousin Louis que Marcel faisait partie des “évacués des hôpitaux de la Seine” en septembre 1939. Il est ensuite décédé le 8 mai 1940 à l’hôpital d’Alençon, de la tuberculose, à l’âge de 40 ans. Marcel a été inhumé dans le cimetière d’Alençon, le 11 mai 1940.

L'histoire de cet homme est indéniablement triste, mais découvrir la vérité est toujours mieux que vivre dans l'ignorance. Et en cela, la presse ancienne en ligne peut véritablement ouvrir de nouveaux horizons de recherche, insoupçonnés et à la limite de l'impossible ou tout au moins de l'aiguille dans une botte de foin. Sans cette petite annonce du journal Ouest-Eclair, Louis aurait pu rechercher le décès de son père dans tous les départements de France sans jamais le retrouver...

Commentaires