Infos

Finistère : suite de la publication des courriers de la Feldkommandantur

C'est un important travail de mémoire qui se poursuit aux Archives du Finistère. Entamée en 2019, la numérisation de la correspondance entre la Préfecture et la Feldkommandantur 752 continue de plus belle. La période allant de juin 1941 à juin 1942 est désormais consultable sur le portail internet des Archives départementales, représentant plus de 4.000 correspondances.

Elles illustrent l’oppression croissante de l’occupant : interdiction de jouer la Marseillaise en public, changement des noms de bateaux de pêche jugés trop proches du communisme, interdiction des bals, sauteries, apéritifs et thés à partir de juillet 1941… Cette période coïncide également avec la grande vague de confiscation des biens juifs : 162 correspondances font ainsi apparaître les noms des commerces et entreprises spoliés.

La consultation des lettres se fait directement dans le répertoire du versement 200 W. La recherche est facilitée par le relevé détaillé de chaque courrier également consultable en ligne. La page dédiée au Finistère sous l’occupation est également un point d’entrée dans ce corpus.

Quatre Feldkommandants se succèderont dans le Finistère de 1940 à 1944 : le colonel Berendes (1940-1941), le Général-Major Schubert (1941-1942), l’Oberst Seebohm (1943), l’Oberst von Coler (1944). L'administration de la Feldkommandantur est distincte des autres services allemands présents dans le Finistère en raison de sa position stratégique : un commandement militaire (Ortskommandanturen), la Gestapo, la Feldgendarmerie, la douane, le service de propagande, la marine (Kriegsmarine), l'armée de l'air (Luftwaffe) et autres troupes.

Liens

Commentaires