Infos

Fontainebleau teste la salle des inventaires virtuels

Les Archives nationales se préparent à vivre un grand chamboulement physique et virtuel. En effet, non seulement le chantier du troisième centre parisien (en construction à Pierrefitte-sur-Seine) avance à bon rythme, mais sa déclinaison virtuelle prend également forme, avec l'ouverture d'un site d'inventaires dématérialisés. Cette "salle des inventaires virtuels" est d'ores et déjà en test sur le site de Fontainebleau. Même s'il ne s'agit que d'une version beta, ce site est déjà en partie opérationnel. Il permet aux lecteurs d'effectuer toutes les opérations essentielles : faire une demande de recherche, réserver des documents à distance, faire une demande de reproduction, une demande de dérogation ou encore s'inscrire à distance.

Attention, il s'agit uniquement du site de Fontainebleau, le site de Paris (Caran) fonctionne encore sous l'ancien système informatique, avec réservation par Internet possible. La propagation à l'ensemble des sites des Archives nationales se fera dès 2012 pour Paris et début 2013, pour Pierrefitte, dès l'ouverture de ce nouvel établissement-phare. "Beaucoup de choses restent à améliorer", reconnaît-on aux archives à Fontainebleau, "quelques bugs, l'aspect aussi qui n'est pas définitif, mais c'est une préfiguration de ce qui attend le lecteur à terme". Après la dématérialisation de tous les instruments de recherche, répertoires et inventaires (leur numérisation), le contenu de chaque document sera précisément décrit (dans un plan d'orientation) et cette description sera accessible sur Internet.

Cela n'a l'air de rien, mais c'est une petite révolution dans les usages des Archives nationales. Sans se déplacer, le lecteur pourra retrouver tout seul en ligne la cote exacte du document recherché et pourra le réserver pour le jour de son choix. Jusqu'ici, une visite préalable sur place était presque toujours nécessaire pour identifier une cote dans les instruments de recherche. Pour mémoire, la seule salle des inventaires occupe plus de 200 m2 au CARAN... Que celui ou celle qui n'a jamais pesté en passant une demi-journée pour simplement retrouver le "numéro" d'un document lève le doigt !

Commentaires