Infos

Guerre de Vendée : des archives côté bleus et côté blancs

La Guerre de Vendée, comme vous ne l'avez jamais lue ! Les archives départementales de la Vendée viennent de mettre en ligne plusieurs fonds exceptionnels et en grande partie numérisés, relatifs à cette période charnière. Vos ancêtres étaient "bleus" c'est à dire républicains ou "blancs", c'est à dire royalistes partisans de la contre-révolution ? Vous allez pouvoir vous pencher avec passion sur chacun des partis de cette guerre !

En effet, trois nouveaux fonds viennent de trouver place sur le riche site des AD85, trois fonds distincts mais complémentaires, dont l'étude se limite à la géographie de la Vendée militaire (et non à tout l'Ouest). Le premier est la correspondance du ministère de la Guerre avec les armées mobilisées dans le conflit. Il s'agit de tous les échanges entre les ministères, les généraux, les autorités civiles, les administrateurs des départements, la Convention, le Comité de Salut Public, les représentants en mission, soit 17.000 vues. Toutes ces lettres vont de mars 1793 à mars 1796 et suivent le trajet des troupes. Partant de Paris, elles se rapprochent du théâtre de la guerre (Tours, Chinon), puis le contournent par le sud (Saint-Maixent, Niort, Luçon), l'ouest (Les Sables-d'Olonne), et le nord (Nantes, Angers), avant de pénétrer au coeur du pays insurgé.

Le second fond est celui des états de situation que ces mêmes armées ont adressées à leur ministère, c'est à dire les chiffres d'effectifs présents sur le terrain. Ces 500 états de situation (dont 100 numérisés pour l'instant) donnent un panorama très précis des forces armées républicaines mobilisées en Vendée. Enfin, le troisième fond, les états nominatifs des anciens insurgés vendéens se situe après la fin de la guerre de Vendée. Il a été dressé pour l'attribution de pensions sous la Restauration. Il livre un regard très intéressant (et nominatif) sur tous ceux estimant devoir recevoir une compensation de l'Etat pour leur engagement ou celui d'un proche, en faveur de la cause royaliste. Avec le retour des Bourbons, cette distribution des pensions est aussi une occasion unique pour bien des familles de retrouver la trace d'un proche, insurgé et disparu sans laisser de trace.

Ces fonds sont conservés à Vincennes par le Service Historique de la Défense, mais ils ont fait l'objet d'une convention avec les AD85. Celles-ci ont mandaté le démographe Jacques Hussenet pour effectuer un très important travail d'inventaire avec une analyse détaillée par pièce. Ensuite, les milliers de cartons ont été numérisés, en interne, par les archives de Vendée. La partie émergée de l'iceberg, c'est le travail colossal de dépouillement, d'indexation et de mise en ligne de ces 1,5 million de données sur le site Web des Archives de la Vendée. Tout patronyme cité dans l'un de ces inventaires est accessible par simple requête du moteur général de recherche. Qu'il soit "bleu" ou "blanc".

Commentaires