Infos

Les registres d'écrous, une nouvelle source pour sa généalogie... marseillaise !

Quand on vous dit Marseille, vous pensez aussitôt à la Cannebière, à Notre-Dame de la Garde, la Bonne-Mère qui du haut de sa colline veille sur le port... Le folklore, pour être complet, doit aussi évoquer la pègre et les prisons. Pour respecter la tradition et aussi être agréable aux généalogistes, les archives départementales des Bouches-du-Rhône viennent de mettre en ligne les registres d'écrous des établissements pénitentiaires d’Aix-en-Provence, Marseille et Tarascon. Même si la célèbre prison des Baumettes n'est pas concernée (elle a été bâtie dans les années 1930), vous saurez tout sur les "maisons" d’arrêt, de dépôt, de justice, de correction, de sureté... de ce département et sur leurs habitants et habitantes depuis le début du XIXe siècle.

Les documents mis en ligne, soit 11.000 images, proviennent des archives de l'administration pénitentiaire des Bouches-du-Rhône versées aux Archives départementales (sous série 2 Y et versements contemporains 1348 W et 1871 W). Les registres d'écrous sont le reflet de la population carcérale et permettent de retrouver des informations concernant chaque individu. Variables selon les établissements, ils peuvent contenir les informations suivantes : nom et prénoms du détenu, numéro de la décision de justice, date d’entrée, date de sortie, durée de la peine, etc. Selon l'avis de la CNIL, seuls les répertoires d’écrous datant de plus de 100 ans sont consultables en ligne.

Dommage, la base de données n'a pas été indexée, si bien que l'on doit d'abord disposer d'éléments d'informations avant de chercher un nom. Pour retrouver un détenu précis, il faut d'abord identifier la bonne prison, la bonne période, à l'aide des inventaires et des cotes disponibles en ligne (Répertoires d'écrous : liste des cotes numérisées - fichier .xls 77 Kb). Pour retrouver un ancêtre, vous pouvez également croiser tout ou partie des informations présentes dans les 5 index d’interrogation. L'utilité de cette base de données est de vous livrer LE numéro d’écrou (ou matricule) de la personne concernée. C'est le séame qui va vous permettre d'ouvrir non pas la porte des Baumettes, mais celle de la salle de lecture des archives départementales à Marseille. Là-bas, vous pourrez consulter le dossier original du détenu, grand-père indigne, grand-tante cleptomane ou aïeul meurtrier. Comme le dit l'adage, on descend tous d'un roi et d'un pendu !

NDLR : Lors de notre essai, le site des registres d'écrous ne s'est affiché qu'avec un PC Windows XP, navigateur Firefox. Malgré plusieurs tentatives, nous n'avons jamais réussi à le consulter avec un PC Windows 7 quelque soit le navigateur, pas plus qu'avec un système Apple Snow Leopard, quelque soit le navigateur.

Commentaires