Infos

Un nouveau diplôme de généalogie à l'université de Nîmes

Par Anonyme

Les diplômes universitaires (DU) de généalogie de l’Université de Nîmes ont le vent en poupe. Un nouveau DU Approfondissement en généalogie de 20 places à préparer en six mois ouvrira en février 2020. "Il s’agit d’un diplôme de niveau II pour généalogistes amateurs confirmés ou professionnels. Nous y proposerons généalogie successorale, droit successoral, cartographie, travail sur les archives hospitalières, généalogie génétique, psychogénéalogie, etc.", explique Isabelle Ortega, maître de conférence en histoire médiévale et responsable des DU de généalogie nîmois.

Ce nouveau DU est la suite logique des deux DU Généalogie et histoire des familles (GHF) de niveau I, riches en histoire, droit des familles, latin, sciences historiques : l’un à distance de 30 places (depuis 2015) et l’autre en présentiel de 30 places (depuis 2010). Même si le DU présentiel n’a eu qu’une vingtaine d’étudiants l’an passé, "nous avons eu cette année une centaine de candidatures pour le DU à distance", se félicite Isabelle Ortega. De quoi corser un peu la sélection : "Nos étudiants étaient au départ amateurs et assez âgés, avaient besoin d’être aidés par les plus jeunes en informatique. Nous avons depuis 2012 exigé un niveau de deuxième année en droit ou en histoire, tout en acceptant encore des généalogistes expérimentés", continue la responsable.

Si la formation de niveau I accueille toujours des passionnés de généalogie, le nombre de non-initiés augmente, avec également des étudiants en histoire ou en droit et des professionnels (notaires, historiens, avocats…) venant compléter un cursus. "Cela intéresse un historien qui travaille sur des familles ou un juriste qui exercera chez un notaire n’ayant pas de quoi faire travailler un généalogiste à temps plein, mais pouvant lui confier des études occasionnelles", explique Isabelle Ortega.

Loïc Duchamp, 26 ans, après un BTS tourisme, a intégré le DU GHF. Objectif ? Faire de la généalogie son métier. Mais pourquoi n’avoir pas choisi le DU Installation du généalogiste professionnel instauré en 2018, d’une durée d’une semaine, doté de dix places et mettant en avant études de marché, droit, gestion, marketing, etc. ? "Parce que cela reste cher et que le diplôme est moins reconnu". Loïc a en revanche bénéficié pour le DU GHF en présentiel, éligible au Droit individuel à la formation (DIF), d’une prise en charge par Pôle Emploi.

Il a apprécié les cours de paléographie : "C’est très dur au début, mais on s’habitue". Par contre, il regrette que les cas pratiques avec recherches aux Archives départementales du Gard soient trop tardifs (fin juin). Les cours d’héraldique l’ont passionné mais il aurait aimé travailler sur des familles nobles pendant la période post-révolutionnaire et moins au Moyen âge, "puisqu’on a moins de chances de remonter jusque-là". Mais ce DU obtenu en juin dernier lui a ouvert des portes, fourni un réseau : "C’est précieux dans mon travail actuel de développement de circuits généatouristiques".

Tarifs :

  • DU Généalogie et histoire des familles en présentiel : 150 € en formation initiale, 1 500 € pour public non financé (1 550 € à distance) et 1 900 € en formation continue pour public financé (1 950 € à distance).

  • DU Installation du généalogiste professionnel : 800 €.

  • DU Approfondissement en généalogie : 1 400 € pour public non financé et 1 800 € pour public financé.

Commentaires