Infos

Aux Etats-Unis, les prisonniers font de la généalogie !

En prison, on travaille, on fait des études, du sport, mais depuis peu une nouvelle discipline s'impose dans les pénitenciers : la généalogie ! Près de 2.300 détenus de l'Utah, l'Idaho et l'Arizona participent à l'indexation des actes dans le cadre proposé par le site Web Familysearch. Cornaqués par les Mormons, les prisonniers s'approprient l'outil d'indexation, affichent en haut de leur écran les actes numérisés, les lisent et reportent les informations importantes dans les cases prévues à cet effet dans le bas de leur écran. Ainsi, les noms, prénoms, âges, dates et lieux du passé sortent de la poussière des archives pour entrer dans l'ère numérique.

C'est ainsi que les ancêtres retrouvent vie en étant intégrés dans une immense base de données, tandis que les prisonniers trouvent un sens à cette activité. Les témoignages recueillis par les Mormons sont éloquents : "l'indexation nous permet d'avoir une interaction positive avec les autres" raconte un détenu, tandis qu'un autre évoque "un passe-temps fascinant et inspirant", ou une "façon de donner en retour, se sentir utile en aidant les autres". L'administration pénitentiaire y trouve elle aussi son compte, trouvant que "le programme d'indexation est très utile pour les détenus, leur donne un but et améliore tout l'environnement de la prison en développant leur sens de la communauté dans un contexte non conflictuel". Et comme les prisonniers peuvent également faire leurs recherches généalogiques personnelles, cela leur permet de nouer ou renouer des liens familiaux proches ou lointains.

Certes on reste en prison et l'évasion, même par le Web a ses limites : les pare-feu interdisent l'accès direct à l'Internet, mais les détenus se prennent au jeu et travaillent à un rythme infernal dans une organisation quasi-industrielle ! En 2014, les prisonniers ont traité plus de sept millions de noms. Et ce chiffre ne cesse de grandir, de plus en plus de détenus souhaitant se joindre au programme d'indexation.

© The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints.

Lire aussi :

Commentaires