Infos

L'Aisne va construire son nouveau bâtiment d'archives pour 2018

A Laon, les archives départementales de l'Aisne seront dotées d'un nouveau bâtiment livré à l'été 2018, a annoncé le Conseil départemental, pour un investissement de 20 millions d'euros. L'ancien bâtiment construit en 1977 arrive de toutes les manières à saturation et est devenu vétuste. Entre 2013 et 2015, la collectivité locale avait consacré un important budget pour de désinfection des 21 km linéaires des collections d'archives, suite à l'apparition de champignons. L'opération avait mobilisé 14 personnes sur deux ans... Les nouveaux bâtiments répondront donc mieux à toutes les normes sanitaires tandis que la capacité d'accueil des documents sera accrue avec 40 km linéaires.

Les lecteurs devront également changer leurs habitudes de déplacement, puisque les archives vont déménager, le nouveau bâtiment sera construit deux kilomètres plus au sud, toujours à Laon, mais dans l'enceinte du parc Foch. Sinon, l'accueil et le confort seront évidemment transformés, toutefois pour la taille de la nouvelle salle de lecture, peu de changements sont à attendre : "Nous avons fait le choix de rester sur le même format de salle de lecture, c'est à dire 40 places dont 10 postes connectés sur Internet et le site Web des archives", commente Michel Sarter, le directeur des archives de l'Aisne. Un choix dicté par l'évolution des pratiques, depuis la mise en ligne du site Web et de l'état civil, la fréquentation de la salle de lecture a baissé.

Cette situation n'empêche pas le service de continuer à mener une politique attractive de numérisation et de publication, dans le but d'attirer les chercheurs sur place tout en proposant un corpus numérique vaste et de qualité, en privilégiant toutefois les tables et répertoires, plutôt que les documents eux mêmes. Ainsi, après l'état civil (qui voit s'ajouter une année supplémentaire à la fin de chaque année contemporaine), le cadastre et les registres matricules, le site devrait accueillir prochainement les tables des hypothèques et de l'enregistrement, les collections de presse ancienne. Quant à l'indexation des registres matricules, elle s'achève et sera bientôt disponible, à la fois sur le site Internet et sur le portail national du Grand mémorial fin 2016.

Et Autremencourt ? Le "découvreur" des registres disparus s'est-il signalé aux archivistes de l'Aisne ? Les internautes qui ont suivi cette étrange affaire en 2012 seront attristés d'apprendre que certains actes d'état civil anciens de cette paroisse sont toujours introuvables. L'appel lancé par les archives de l'Aisne reste valable et les rares et précieux documents qui ont quitté les collections publiques à une date inconnue peuvent toujours les réintégrer, sans qu'aucune poursuite ne soit engagée. Le "guichet de restitution" est donc ouvert dans l'Aisne !

Liens :

Commentaires