Infos

Léonore s’améliore sur le fond comme sur la forme

leonore01.jpg

L’ancienne interface de Léonore, assez basique, ne correspondait plus aux besoins actuels des chercheurs. Elle a donc disparu au profit d’un outil plus attrayant, plus lisible et plus simple de navigation.
Crédits
Capture Archives nationales

Léonore, index en ligne des titulaires de l’Ordre de la Légion d’Honneur, fait peau neuve. Son interface est rénovée et ses collections complétées et améliorées.

Jusqu’à maintenant, cet outil en ligne se présentait sous une forme assez basique permettant une recherche simple par patronyme ou lieu de naissance et une recherche « experte » où plusieurs champs pouvaient être croisés. Ce temps est révolu car Léonore dispose maintenant d’un portail entièrement relooké, d’un moteur de recherche grandement amélioré et d’une adresse spécifique : www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr

Le fond a bénéficié à cette occasion de grandes améliorations, comme nous l’a indiqué dans une interview exclusive Emmanuel Rousseau, conservateur général du Patrimoine et directeur des fonds aux Archives nationales : « Nous avons ajouté 400 dossiers qui n’étaient pas encore numérisés, complétés par d’autres qui étaient numérisés mais n’apparaissaient pas en ligne et nous avons corrigé 20 000 dossiers qui comportaient des imprécisions. »

Léonore dispose dans sa nouvelle version d’options dignes d’une base de données essentielle, avec des moyens de recherches multiples et des liens avec des sources externes. La barre supérieure permet d’effectuer des requêtes à partir d’un nom, d’un prénom, d’une commune, d’une profession ou d’une cote… Elle permet aussi de lister les légionnaires par département et/ou par sexe. Un lien mène à un formulaire de recherche avancé où les champs de requête peuvent être précisés et croisés.

Une fois la recherche effectuée, des filtres situés dans la colonne située à gauche de l’écran sont utilisables pour limiter les résultats par lieu de naissance et par sexe. Sur la droite de l’écran, une carte interactive affiche des puces de couleur pour localiser les lieux d’origine des légionnaires et effectue une restriction automatique en cliquant sur ces pastilles. Enfin, une échelle chronologique est placée sous le bandeau d’entête : dotée d’un curseur à chaque extrémité elle permet de restreindre les résultats à une fourchette d’années.

leonore02.jpg

Le formulaire de recherche avancée permet, par exemple, de rechercher dans la base Léonore les représentants d’une profession. Une fois les résultats obtenus, des filtres, situés dans la colonne de gauche, leur sont applicables.
Crédits
Capture Archives nationales

Dans la colonne centrale, les résultats affichent les informations essentielles sur chaque décoré (nom, prénom, date et lieu de naissance) et un bouton « Voir » donne accès aux fiches individuelles et aux documents numérisés. Un ultime clic sur « Voir la notice détaillée » affiche chaque dossier dans une nouvelle fenêtre. En bas de l’écran, trois boutons offrent des fonctions complémentaires :

  • « Partager » pour envoyer le lien par courriel ou le diffuser sur Twitter ou Facebook ;
  • « Permalien » pour copier l’adresse URL immuable du dossier ;
  • « Télécharger » pour récupérer les images numérisées sur son disque dur.

« Notre objectif est de poursuivre les améliorations, complète Emmanuel Rousseau, en ajoutant de nombreux liens vers le site Mémoire des Hommes quand il s’agit d’un légionnaire Mort pour la France, vers la BnF s’il s’agit d’un auteur et même vers Wikipédia quand il s’agit d’une célébrité. »

leonore03.jpg

Une fois le résultat obtenu il est possible de télécharger les images numériques du dossier ou de partager son adresse permanente.
Crédits
Capture Archives nationales

Au total, ce sont les dossiers numérisés de 381 156 titulaires de la Légion d’Honneur qui sont ainsi accessibles selon le décompte officiel affiché (le détail par sexe diffère avec 378 023 hommes pour 2 344 femmes, soit un total calculé de 380 362, l’écart devant se trouver dans des dossiers sur lesquels le sexe n’a pas été renseigné).

Malgré tous les efforts d’Emmanuel Rousseau et de ses équipes, il se peut que vous ne trouviez pas un légionnaire dans le nouveau portail Léonore. Plusieurs raisons peuvent expliquer ces manques :

  • Léonore ne concerne que les légionnaires décorés depuis la création de l’Ordre en 1802 et décédés avant 1977. Autrement dit, même nés il y a 100 ans ou plus, certains peuvent ne pas y figurer s’ils sont décédés après 1976.
  • Les dossiers comportant des documents datant de moins de 50 ans ne sont pas consultables en ligne. Une demande d’accès par dérogation peut cependant être formulée depuis votre compte personnel de la salle des inventaires virtuelle (SIV) des Archives nationales.
  • Il arrive que des titulaires de la Légion d'honneur ne disposent pas (ou plus) de dossier. En conséquence, leur nom n'apparaît pas dans la base Léonore qui recense exclusivement les dossiers.
  • Plus de 100 000 dossiers concernant la période 1945-1977 ne sont pas déposés aux Archives nationales mais toujours détenus par la Chancellerie.

Alors, en cas de doute et de besoin, n’hésitez pas à avoir recours au fichier général détenu par la Grande chancellerie.

Commentaires

7 commentaires
  • Portrait de Alain

    Bonjour, Je trouve ce site parfait ! Beau, fluide, bien agencé. Il modifie un peu les petites habitudes, mais elles sont vites oubliées. Il y manque ( en tous cas pas trouvé) une petite boite de dialogue pour signaler les erreurs de transcription
  • Portrait de Foscar

    A-t-on des nouvelles de leurs soucis et de leurs "améliorations" ? Le basique a parfois du bien !
  • Portrait de Damien J.

    Les Archives nationales devraient remettre en ligne l'ancienne version, le temps de mettre au point la nouvelle... Car elle avait l'immense mérite de parfaitement fonctionner !