Infos

Loire : les registres matricules de 1865 à 1921 sont en ligne !

Fin février 2014, les Archives départementales de la Loire ont mis en ligne les registres matricules du recrutement militaire de 1865 à 1921. La Loire rejoint ainsi la carte des départements qui proposent cette source incontournable de la recherche sur les appelés du contingent engagés dans le premier conflit mondial, au moment où l'on commémore le Centenaire de 1914-1918.

Ces registres répartis en plus de 400.000 images contiennent les fiches matricules de tous les soldats ligériens qui ont combattu pendant ce conflit répartis dans les trois lieux de recrutement militaire de Saint-Etienne, Montbrison et Roanne. Cette publication sur Internet est le fruit de trois années de travail de restauration et de numérisation des "états signalétiques", c'est-à-dire les informations concernant chaque appelé du contingent : décision du conseil de révision, détail des services, corps d’affectation, campagnes, blessures et citations, décorations.

Ici dans la Loire, la période proposée à l'étude des généalogistes, historiens et chercheurs est vaste : depuis l'invention de la conscription en 1865 jusqu'à 1921. Comme chaque conscrit est appelé à l'âge de ses 20 ans, les fiches matricules concernent les hommes nés dès 1845, une époque où le service militaire obligatoire dure 6 ans. Cependant il s'agit à cette époque d'un tirage au sort et il est possible de se libérer de cette obligation en payant une taxe. La méthode du remplacement prend fin à partir de 1872, tous les hommes effectuent désormais leur service militaire.

Les registres matricules ne font pas que retracer la carrière militaire d'un conscrit, ils apportent également des informations très utiles aux généalogistes en signalant par exemple l'état civil complet de l'appelé, ses adresses successives, son degré d’instruction, ses antécédents judicaires et condamnations. Le physique de l'appelé est également décrit avec sa taille, la couleur de ses cheveux, ses sourcils et ses yeux ainsi que la forme de son front, son nez, sa bouche, son menton, son visage.

Des hommes de renom nés dans la Loire peuvent ainsi être retrouvés dans leur engagement militaire. Jean Puy (1876-1860) peintre né et recruté à Roanne a ainsi été un « chef d’équipe d’un dévouement absolu malgré une santé délicate fait preuve de la plus grande énergie (...) malgré un très violent bombardement et une attaque ennemie ». Geoffroy Guichard (1867-1940), recruté à Montbrison en 1887, a fait un an de service actif au 139e régiment d’infanterie. Il est devenu sergent et a obtenu « la note Très bien aux examens de fin d’année ».

Le délai de mise en ligne des registres matricules, fixé à 1921 par la CNIL, ne permet pas de consulter le profil de l'écrivain Jean Guitton (1901- 1999). Mais en salle de lecture, les fiches sont consultables jusqu'en 1940 et l'on apprend que l'écrivain a été appelé lors de la classe 1921, recruté à Saint-Etienne, après son cursus à l’École normale supérieure, mobilisé le 25 août 1939, fait prisonnier le 21 juin 40 et libéré en 1945.

Sur le site Internet une page « en savoir plus sur les registres matricules » a été conçue pour aider les chercheurs à accéder aux images en ligne et à les exploiter. Cette opération a été menée grâce au financement du Conseil Général de la Loire, soutenu par des subventions du ministère de la Culture. Le site propose d'autres fonds d'intérêts généalogique. Concernant les individus, vous trouverez les registres paroissiaux (depuis 1469) et d'état civil (jusqu'à 1909), les tables décennales (de 1792 à 1902,les recensements de population (1810-1911), des portraits de la collection Chaleyer.

Concernant les communes et les territoires, sont proposés le cadastre napoléonien, des cartes postales,un atlas, des inventaires des biens des Eglises (1906). Enfin, concernant l'histoire militaire, le site propose des photos et correspondances de la Grande Guerre, les registres matricules militaires, les archives de la Loire participent à la Grande Collecte de 1914-1918. Un fonds de la presse ancienne est par ailleurs disponible. L'accès est bien évidemment gratuit.

Commentaires