Infos

Jean-Paul Belmondo : itinéraires d'une généalogie

belmondo.jpg

Jean-Paul Belmondo, en 1988, dans "Itinéraire d'un enfant gâté" de Claude Lelouch.
Crédits
Les Films 13

Décédé à 88 ans, Jean-Paul Belmondo a une généalogie pour partie bien connue, comme on peut le voir sur l’arbre disponible en ligne sur Geneastar

Pour partie, seulement, du fait bien sûr de ses origines italiennes.

La lignée patronymique est en effet originaire du bourg italien de Borgo San Dalmazzo, un village piémontais situé à une vingtaine de kilomètres de Vintimille et de la frontière française, dont les habitants étaient autrefois surnommés du pittoresque nom de Taiagorge, signifiant "taille gorge"...

C’est dans cette localité que l’on trouve un premier Paul Belmondo, cultivateur, né vers 1840, père d’un second Paul, qui partira vers 1890 tenter sa chance en Algérie et s’établira comme forgeron à Mustapha, où il épousera une couturière. Une Italienne elle aussi, mais de Sicile. Leur fils – le troisième Paul – grandit à Alger, où il apprit le dessin et où il commença des études d’arts, études interrompues par la guerre, qu’il reprendra à Paris, une fois démobilisé.

Artiste de grand talent, Paul Belmondo (1898-1982), père de l’acteur qui vient de disparaître, se fera rapidement reconnaître comme statuaire. Il recevra le grand prix de la Ville de Paris en 1936 et après quelques couacs à la Libération, entrera à l’Institut de France, en 1960, l’année même qui verra la consécration à l’écran de son fils aîné, le turbulent Jean-Paul, dans deux films consécutifs (À bout de souffle, de Jean-Luc Godard, et Classe tous risques, de Claude Sautet).

La famille maternelle de l’acteur est en revanche française, puisque sa mère, Sarah Madeleine Rainaud-Richard, artiste peintre, était la fille d’un bijoutier parisien "mort pour la France" en 1915. Comme la plupart des habitants de la capitale, sa généalogie est le fruit d’un bon brassage généalogique, avec des origines cependant modestes, conduisant vers les classiques paysans de la France profonde. Des origines à la fois en Savoie (Aillon-le-Jeune et les Déserts) et dans l’Isère (Beaurepaire…) avec les classiques doubles patronymes quasiment généralisés autrefois dans les Alpes (RAINAUD-RICHARD, REYNAUD-BARAT…) comme aussi dans la Marne et dans l’Oise, en Bourgogne (BAVARD, en Côte-d’Or…).

Une généalogie que l’on peut compléter, ainsi pour la branche Trépier (et non Tripier) par l’arbre déposé sur Geneanet par André Delorme et par l’arbre mis en ligne par François Rivallain qui révélera les origines de Caroline COLLARD, (le sosa n° 29) que l’on aura la surprise d’apprendre née en 1815 à Maissin, en Belgique et qui dote donc l’acteur de racines au Luxembourg belge.

Des ancêtres en tous les cas quasiment tous très loin de l’univers bling-bling du show-biz de leur descendant, avec notamment, à Paris, une arrière-grand-mère ouvrière en parapluies, dont la fille (née en 1881) avait été plumassière, travaillant pour la fabrication des oreillers et des édredons… Seul, une arrière-grand-tante rentre pour ainsi dire dans le moule attendu : Francesca Cerrito, née en 1817 à Naples, sœur d’un de ses arrière-grands-pères, danseuse de ballets (connue sous le pseudonyme de Fanny), très en vogue dans le Paris de 1850, avec son mari, danseur et chorégraphe lui aussi très connu (Arthur Michel, dit Arthur Saint-Léon). Un personnage s’intégrant mieux à la galerie familiale de l’acteur, frère d’une danseuse et qui en épousera deux lui-même.

Jean-Paul Belmondo avait en effet une sœur cadette, Muriel, danseuse et également actrice de cinéma et un frère aîné, Alain, producteur de cinéma.

Marié une première fois avec Renée Constant, danseuse, dont il a eu trois enfants : Patricia (née en 1954 et décédée en 1994, dans un incendie), Florence (1960, devenue Mme Waters et mère d’Annabelle, Christopher et Nicholas) et un fils Paul (1963), bien connu comme coureur automobile, qui épousa la journaliste de télévision Luana Tenca et eut à son tour trois enfants (Alessandro, Victor et Giacomo). Remarié en 2002, avec Nathalie (dite Natty) Tardivel (née en 1965, danseuse de ballet puis coco-girl du Coricocoboy de Stéphane Collaro), il eut une autre fille, Stella, en 2003, avant de divorcer, en 2008.

Commentaires

4 commentaires
  • Portrait de Olivier Toche

    Borgo San Dalmazzo pays d’origine des Belmondo est une commune de la province de Cuneo (Coni) dans le Piémont. Ce n’est pas un village mais un gros bourg de plus de 10000 habitants (4000 en 1860). Ce lieu n’est pas à côté de Vintimille mais distant de plus de 100km par le col de Tende et même 180km (3h30 de route) par le col de Nave suite à la fermeture de la route de la Roya consécutive à la tempête Alex.
  • Portrait de Nobilia Casanovaso'

    Son père et le peintre Luigi Corbellini (1901-1968) étaient amis. Perso, je le voyais fairre son footing le matin sur la plage de Copacabana, en compagnie de son conseiller Gilles Démarre Qu'en revanche j'ai bien connu.
  • Portrait de Laurent Desché

    La page Geneastar comporte au moins 4 erreurs (de date et de lieu) et elle doit donc être considérée avec prudence.