Infos

La Croix-Rouge va numériser le fichier de Drancy

fichierdrancy1.jpg

Les fiches qui composent le fichier de Drancy sont de petit format (6,5 x 12 cm environ) écrites à la main, pour la plupart sur des formules pré-imprimées.

Le fichier de Drancy est une indispensable source de mémoire composée de fiches de petit format écrites à la main, pour la plupart sur des formules pré-imprimées. Chaque fiche peut comporter les informations suivantes : nom, prénom, adresse, date de naissance, lieu de naissance, nationalité, date de l’arrestation, arrestation en zone occupée ou zone non occupée, lieu d’internement, lieu de départ, date de départ et observations éventuelles. Toutes les informations ne sont pas renseignées sur chaque fiche.

Le service des effectifs du camp de Drancy remplissait une fiche pour chaque interné dès son arrivée. La fiche était complétée avant la déportation avec la date de départ. Y figurent des juifs de nationalité française, allemande, autrichienne, tchèque, slovaque, russe, bulgare, roumaine, hongroise, polonaise, belge, luxembourgeoise, hellénique et turque. Le fichier complet concerne au total 35 000 détenus qui séjournèrent au camp de Drancy entre février 1942 et mars 1943. Un volume énorme mais qui ne représente que la moitié des 70 000 personnes qui y furent internées entre août 1941 et août 1944, dont la majorité a été déportée vers les camps d’extermination d’Auschwitz et de Sobibor.

fichierdrancy2.jpg

Les conditions de vie pour les détenus du camp de Drancy étaient très pénibles. Ils étaient affamés et subissaient un isolement matériel et moral extrême avant de subir la déportation vers les camps d’extermination d’Auschwitz et de Sobibor.
Crédits
ICRC

Réparties dans plusieurs services dès 1943, les fiches de Drancy ont peu à peu été oubliées. Elles ont été retrouvées lors de recherches effectuées par les archivistes pour Serge Klarsfeld en 1996. Aujourd’hui les Archives du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) lancent un projet de numérisation du fichier de Drancy, financé par les Arolsen Archives qui souhaitent mettre à disposition ces documents sur leur site Internet pour qu’ils deviennent accessibles aux chercheurs du monde entier. Après la numérisation, les fiches vont être intégrées au programme d’indexation participative #everynamecounts.

Le fichier de Drancy témoigne des déportations de familles entières. Pères, mères, enfants, vieillards, nouveau-nés, infirmes, malades, femmes enceintes : nul n’échappait au mécanisme de destruction qui avait été mis en place par les nazis avec la collaboration active du Gouvernement de Vichy.

fichierdrancy3.jpg

Le fichier de Drancy témoigne directement de la déportation de familles entières comme ici la famille Griff demeurant à Reims.

Commentaires