Infos

L'ADN de Sitting Bull utilisé pour confirmer un lien de parenté

L'ADN ancien est peu utilisé dans les comparaisons génétiques, tout simplement parce qu'il est rare, fragile et qu'on ne va pas creuser la tombe d'une personne à chaque fois que l'on veut juste en savoir un peu plus sur sa vie ou son oeuvre ! Et rares sont les curieux à disposer de reliques de leurs aïeux et prêts à les découper en petits morceaux afin d'en extraire l'ADN...

Récemment cependant, un descendant de Sitting Bull a produit une natte du célèbre chef indien américain (1831-1890) pour retracer -avec succès- leur lien de parenté. L'ADN ne ment pas et un lien génétique a pu être prouvé entre un certain Ernie LaPointe et Sitting Bull. L'université de Cambridge au Royaume-Uni et le Centre de géogénétique de la fondation Lundbeck au Danemark sont formels, le premier est bien l'arrière petit-fils du second comme le prouvent les résultats d'une étude publiée dans la revue Science Advances

Et comme Ernie se disait descendant du côté maternel, pas question d'utiliser le chromosome Y, qui n'est pas transmis par les femmes. Les scientifiques ont donc identifié des variations de l'ADN autosomal présent dans l'échantillon de cheveux de Sitting Bull pour les comparer avec l'ADN d'Ernie LaPointe. 

Les limites de cette découverte ont aussitôt été trouvées par des observateurs critiques : est-on sûr que la natte produite par le descendant appartenait bien à Sitting Bull et non pas à l'un quelconque de ses aïeux ? Les cheveux provenaient d'un musée de Washington qui en avait fait don à Ernie LaPointe en 2007. La provenance muséale est certes un gage de sérieux, mais sûrement pas une preuve absolue... 

 

Commentaires