Infos

Listes de tirage au sort militaire en ligne dans le Cher

listestiragesortcher1.jpg

Les listes cantonales de tirage au sort militaire mises en ligne sur le portail des Archives départementales du Cher couvrent les classes 1832 à 1877, elles concernent donc des hommes nés entre 1812 et 1857. Y figurent autant les exemptés que ceux qui ont « tiré un mauvais numéro » et feront un service de 7 ans à moins de se faire remplacer.
Crédits
Capture AD18

Les registres matricules militaires et répertoires alphabétiques étaient déjà en ligne sur le site des Archives départementales du Cher pour les classes 1865 à 1940, s’y ajoutent aujourd’hui les listes de tirage au sort cantonales de 1832 à 1877.

Pour comprendre le contexte dans lequel s’inscrivent ces listes cantonales de tirage au sort, il faut rappeler que la conscription militaire avait été obligatoire sous la Révolution mais supprimée par la Charte de 1814 rétablissant la monarchie et la dynastie des Bourbons. L’armée devint alors exclusivement composée de volontaires. Mais leur nombre étant devenu insuffisant, il fallut une nouvelle loi dite « Gouvion-Saint-Cyr » qui établit en 1818 le recrutement de l’armée française par engagement mais aussi par tirage au sort.

Le nombre des conscrits fut fixé en fonction de la population de chaque département. Ils devaient être âgés de 20 ans et déclarés aptes après un examen de leur santé et de leur situation de famille pour participer au tirage au sort au chef-lieu du canton et en séance publique. Ceux qui étaient désignés (les « mauvais numéros ») pouvaient se faire remplacer en fournissant un remplaçant qu’ils rémunéraient.

listestiragesortcher2.jpg

Le tirage au sort se réalisait, comme plus tard la conscription systématique, au lieu de résidence de l’individu à l’âge de 20 ans. Ces listes peuvent donc concerner des hommes nés dans divers départements mais qui résidaient dans le Cher à cet âge-là, comme on le voit ici pour Étienne Cordier, né le 10 janvier 1812 dans la Nièvre.
Crédits
Capture AD18

Les listes cantonales les plus anciennes conservées pour le département du Cher sont celles de 1832. Elles ont été réalisées en application de la loi Soult sur le recrutement de l’armée, qui reprenait l’essentiel des dispositions déjà prévues par la loi Gouvion-Saint-Cyr. Le service militaire durait alors 7 ans. Ces registres ont été numérisés pour les classes 1832 à 1877 et recensent donc les hommes nés entre 1812 et 1857. Les listes cantonales sont regroupées par ordre alphabétique des chefs-lieux de canton, dans des volumes couvrant chacun un arrondissement, soit trois registres par classe pour les arrondissements de Bourges, Saint-Amand-Montrond et Sancerre. Les hommes qui se présentent pour le service militaire sont recensés par canton selon leur lieu de résidence à 20 ans. Jusqu’en 1850, il existe des tables alphabétiques récapitulatives par canton mais malheureusement il n’y en a plus après cette date.

listestiragesortcher3.jpg

À la fin de chaque liste cantonale annuelle, une table alphabétique récapitule les individus et renvoie pour chacun au numéro qui lui a été échu dans le tirage. Elles existent de 1832 à 1850 seulement.
Crédits
Capture AD18

Les listes de tirage au sort fournissent les renseignements suivants sur les jeunes gens recensés :

  • numéro dans le registre par arrondissement ;
  • numéro de tirage au sort dans la liste cantonale ;
  • nom, prénom, surnom, degré d’instruction ;
  • date de naissance ;
  • lieu de naissance et de résidence, prénoms, noms et domicile des père et mère ;
  • profession ;
  • taille ;
  • motif d’exemption ou de dispense ;
  • décision du conseil de révision, observations. Il n’y a pas d’informations sur l’aspect physique.

Chaque liste cantonale est suivie d’un procès-verbal décrivant les opérations de recensement, révision et tirage au sort. Ces documents préimprimés récapitulent le nombre de jeunes gens qui se sont présentés, ceux qui ont été exemptés, ceux qui ont été déclarés aptes, la façon dont leur a été attribué un numéro par tirage au sort.

Commentaires