Infos

Ukraine : les archivistes s'engagent et veillent

Les archivistes réagissent à la guerre en Ukraine. Le 10 mars 2022, le Conseil international des archives (ICA) a décidé de suspendre ses relations avec les quatre institutions publiques russes et biélorusse qui sont actuellement membres de l’ICA. 

Pour la Fédération de Russie, trois institutions sont concernées : l’Agence fédérale russe des archives, le Comité des archives du gouvernement de la République d’Oudmourtie et le Comité d’État des archives de la République du Tatarstan. La mesure vise également la Biélorussie et son Département de Gestion archivistique et documentaire du ministère de la Justice. 

Cette résolution de soutien à l'Ukraine a été adoptée par un vote à la majorité"par solidarité avec (...) les communautés et institutions professionnelles impliquées dans la gestion de l’information, des documents d’activité et des archives désormais menacés de destruction". Cette suspension implique qu’il sera mis un terme à tout contact officiel avec les institutions russes et biélorusses et leurs collaborateurs ainsi qu’à toute participation aux activités et événements de l’ICA, tant que n’aura pas été négocié un cessez-le-feu.

Sur le même sujet de l'Ukraine, l'Association des archivistes français (AAF) a mis en place une veille pour éclairer ses adhérents, afin de recenser toutes les informations et initiatives de soutien. Cette veille permet de s'informer sur les archives dans la guerre : on y apprend par exemple que des services d'archives ont été détruits ou bien que des archi­ves rela­ti­ves à la répres­sion sovié­ti­que en Ukraine ont été détrui­tes.