Infos

USA : 200 cold case ont été résolus avec la généalogie génétique

La généalogie génétique permet de résoudre des affaires de meurtres et les chiffres commencent à donner le tournis : plus de 200 mystères du même type que l'assassinat du "petit Grégory" ont été élucidés aux États-Unis, depuis l'invention de cette technique en mai 2018.

Rien qu'en 2021, 67 affaires ont été résolues, annonce l'entreprise Parabon NanoLabs, qui s'est fait une spécialité de collaborer avec les forces de l'ordre pour contribuer à arrêter les coupables. Le cold case le plus ancien résolu cette année est celui du petit "Stevie", âgé de 2 ans, dont les restes ont été découverts par un pêcheur en 1963. Le cas le plus récents a été l'identification d'une petite fille de 9 ans, tuée par sa propre mère. Cela donne un rythme de plus d'une identification positive (auteur ou défunt non identifié) par semaine sur des affaires qui, en moyenne, sont restées en suspens pendant plus de 25 ans.

La société qui emploie la très médiatique CeCe Moore n'est certes pas la seule à oeuvrer dans ce nouveau secteur, mais elle dispose d'une bonne avance technologique. Ainsi, 21 des identifications ont été réalisées grâce au séquençage du génome entier, alors que jusqu'ici, seules des parties de l'ADN étaient utilisées. Les progrès de la bioinformatique ont également permis de résoudre des cas, même avec un séquençage faible. 

Enfin, le meurtrier d'une jeune fille de 17 ans a été arrêté grâce à une concordance ADN la plus faible jamais utilisée, 30,1 centimorgans. Les policiers ont été mis sur la piste par l'utilisation combinée d'une enquête généalogique classique, puis policière pour parvenir à confondre le suspect, dont une si faible partie de l'ADN avait été retrouvée sur les lieux du crime.