Noms de famille

Boulenger

Ce nom de famille pourrait remonter au début du XIVe siècle : en 1313, on relève plus de trois cent cinquante professions différentes dans le précieux « Livre des Mestiers » dressé sur ordre d’Étienne Boileau, prévôt du Roy. Il nous fait connaître le détail du travail de cette foule d’artisans et de commerçants qui peuplait campagnes, bourgs et cités. Comment le nom de famille Boulenger est-il né ? Entre le Ve et le XIIIe siècle chacun des habitants de notre pays portait un nom unique, son nom de baptême. À partir du XIIIe siècle, pour différencier les homonymes devenus trop nombreux, on a pu surnommer « Boulenger », l’homme qui façonnait les pains en boule. Ce nom commun a remplacé progressivement celui de Fournier, l’homme qui gérait le four banal qui appartenait au seigneur du lieu…C’est plus tard, à partir du XVe siècle qu’au hasard d’une transcription sur un acte de baptême, de mariage ou de sépulture, ce nom de métier est devenu héréditaire,
se transformant en nom de famille transmis par le père. Le Boulanger ou Boulenger : au XIIIe siècle, il vendait des pains d’avoine et son atelier comprend un joindre (apprenti), des vanneurs, des bluteurs (tamiseurs) et des pétrisseurs. Pour devenir maître boulanger à Paris, il fallait avoir vingt-deux ans accomplis, professer la religion catholique, présenter un certificat de bonne vie et moeurs, « n’être atteint d’aucun mal dangereux qui se puisse communiquer », avoir fait trois années d’apprentissage, et avoir accompli son chef-d’oeuvre, soit : « convertir en divers sortes de pâtes et de pains trois septiers de farine » (environ 500 litres). Fréquence et localisation : le patronyme Boulenger compte 510 foyers en France de nos jours. Il se montrait déjà bien présent en Seine-Maritime, dans la Somme, le Pas-de-Calais à la fin du XIXe siècle, départements auxquels il faut ajouter le Nord, l’Aisne, la Manche et l’ensemble de la région Ile-de-France à la fin du XXe siècle.

Nos dossiers associés aux noms de famille

S’il est possible de changer de nom de famille pour un motif légitime, il est également possible de le faire rectifier. Cette modification peut être faite directement par l'officier d'état civil. Pour les rectifications plus complexes, c'est le procureur de la République qui intervient.
En principe, on ne peut donc pas changer de nom de famille, sauf si on invoque un motif légitime. Et dans ce domaine, la définition est assez ouverte. La procédure est réglementée et se déroule en deux étapes distinctes.
Lorsque vous avez effectué une recherche sur Filae, vous pouvez utiliser différents filtres à partir de la page de résultats. Pour le patronyme, notamment, vous trouverez ces filtres dans le menu déroulant situé sous la rubrique « Nom » dans la barre d’outils de l’onglet « Résultats ».