Métiers de nos ancêtres

Trouvez un métier

Liste des études de métiers disponibles

Filtrez par la première lettre du métier recherché :

Nommé par l’évêque ou l’archevêque, le notaire apostolique est plus particulièrement chargé d’enregistrer les actes concernant les matières spirituelles et ecclésiastiques, et les « bénéfices », les biens destinés à financer un office ecclésiastique (cure, vicariat, évêché, chapellenie, etc.).
Au milieu du Moyen Âge, le seigneur, tout comme l’Église, dispose de tribunaux et parfois de notaires. A son droit de commander et de juger s’ajoute parfois celui de recueillir les actes publics, autre fonction de leurs notaires. Pour les seigneurs, il s’agit d’un droit ancien, que d’aucuns font remonter à Charlemagne.
L’histoire des porcelainiers recense de nombreux mouvements de personnels. Les ouvriers migraient d’une manufacture à une autre. Ils revenaient parfois, après de longues années, dans certains établissements. Dans chacune des manufactures, ils apportaient du nouveau tout en continuant à se former.
Ce petit métier resta dans les mémoires grâce aux nombreuses gravures qui lui furent consacrées au 19e siècle. Le raccommodeur de faïences et de porcelaines était un ambulant, que l’on croisait au détour des rues et qui proposait de réparer les pots et la vaisselle abîmée.